Ce qui est bien, c'est que l'histoire est un éternel recommencement.

Après avoir survécu aux deux dernières journées, je redécouvre que les gens, à commencer par les pouvoirs publics, oublient tous les ans que pendant l'hiver... il fait froid, il neige et il verglace !

Mardi matin, la neige était prévue, nous avons eu au sud de l'Ile de france des averses de neige, mais rien de dramatique. Le salage avait été fait et ça n'a pas tenu. Les retards ont été grands mais tant bien que mal quelques trains sont passés.

Aujourd'hui, la neige était tout aussi prévue qu'hier, mais pour une raison inconnue, ce fut le chaos.

Première chose avant de partir, regarder quel moyen de transport j'allais utiliser pour aller bosser. 

Tentative de connection sur le site de transilien SNCF, et là, c'est le drame. On nous disait bien que le trafic était perturbé, mais impossible de savoir quel train allait circuler.

Qu'à cela ne tienne, je regarde dehors, vois un millimètre de poudreuse, pas de quoi m'arrêter donc, et me décide à recourir à ma fidèle monture. Les routes départementales n'étaient pas dégagées, mais la trace était déjà faite par ceux qui m'avaient précédé, et en faisant attention au plaques de verglas, j'ai pu arriver sans encombre jusqu'à l'autoroute, non sans m'être fait dépasser par un taré roulant à toute berzingue (super longtemps que je ne l'ai pas placée, celle-là) sur des zébras, seul endroit où la couche de neige était plus épaisse. M'enfin y'a pas eu mort d'homme, même s'il eu suffit qu'il se mette en travers pour que le carambolage soit beau.

Une fois parvenu à l'autoroute, quelle ne fut pas ma surprise de voir que l'autoroute n'était pas dégagée non plus. Ajoutez que certains, y compris des poids-lourds, voulaient changer de file ou dépasser à tout prix et vous comprendrez pourquoi il y a eu des cartons ce matin !

En résumé, c'était le chaos ce matin, mais les torts sont partagés : les gens n'ont pas été raisonnables au volant mais le service public n'a pas fonctionné non plus, rien n'a été fait pour qu'on puisse aller au travail alors que Météo-France avait fait son job et déclenché l'alerte.

Vivement demain pour de nouvelles aventures !