Le Site de Saille

26 mai 2014

Les raisons d'un vote...

Cela faisait un moment, maintenant, que je n'avais pas posté ici. 

Et puis, hier, le séisme s'est produit. le front National est arrivé en tête aux élections européennes, cruelle ironie puisque de tous nos partis politiques, c'est le plus anti-européen du lot. 

Il y a eu ensuite les réactions les plus pathétiques : 

- c'est la faute à Hollande, c'est un scrutin national (UMP) => en fait oui mais non, c'est l'Europe telle qu'elle est aujourd'hui que 25% des 42 % de français qui se sont déplacés rejettent, ne les prenez pas non plus pour des idiots ;

- on a gagné 2,5% (UDI-MODEM) => deux formations regroupées font à peine mieux que le MODEM tout seul il y a cinq ans, mouais ;

- on comprend votre cri de colère mais on ne changera rien à notre politique (PS-Radicaux de gauche) => décidément vous ne comprendrez jamais que vous êtes encore plus austères économiquement que la droite et que c'est un drame, on nous avait promis Roosevelt, on a même pas eu Hoover.

Les plus dignes sont encore les écolos qu'on a pas trop entendu et Mélenchon qui a dit qu'il avait mal à la France.

Mais au fait, le résultat de ce vote est-il un séisme ? 

Pas vraiment, si on considère que les europhobes restent minoritaires et que la construction européenne, aussi éloignée des peuples qu'elle soit, continuera de se faire en coalition entre les partis de gouvernement. 

Oui, si on considère la poussée des europhobes à la fois chez des membres de longue date (France, Royaume-Uni) et chez des mebres plus récents (Pologne, Hongrie).

Comment en est-on arrivé là ?

Tout d'abord, vient la volonté, qui fait consensus chez nos hommes et femmes politiques (à l'exception des extrêmes et du peu de gaullistes qui restent), d'une Europe de plus en plus intégrée et fédérale. 

Premier constat : Même si nous avons en commun des valeurs judéo-chrétiennes qui nous rendent proches, nous sommes différents.

C'est une question de culture. J'ai habité quatre ans en Allemagne, j'aime beaucoup ce pays, j'aime nos voisins allemands pour tout ce qu'ils savent faire de bien, mais chaque passage du Rhin vers l'Alsace a toujours provoqué une émotion intense pour moi, le sentiment de rentrer à la maison.  Pour comparer, j'ai habité 5 régions différentes en France, en m'y sentant comme chez moi. Même si je reste Breton de naissance et de coeur, j'ai pu apprécier les qualités de la Picardie, de l'Auvergne, de l'Ile de France, du Centre... 

Ce qui m'amène au deuxième constat : l'euro, c'est pas possible.

Pourquoi, parce que la France, en cas de crise, réévalue sa monnaie. On l'a fait sous Philippe le Bel, sous Louis XIV, sous Napoléon, sous Poincaré, sous De gaulle. L'allemagne a essayé cette solution dans les années 20 et le résultat a été douloureux avec une hyperinflation (faute d'avoir aussi augmenté les salaires, ce à quoi ont pensé les américains avec le new deal), c'est pourquoi elle est allergique à cette solution.

Le pire avec l'Euro, ce sont les sacrifices qu'il faut faire pour le sauver, à commencer par les 3% de déficit public, seuil inamovible mais complètement idiot puisque le déficit souhaitable et tenable devrait évoluer avec la situation économique. Ainsi, le Royaume-Uni, qui a accepté un déficit de 5,48 % l'année dernière et une légère baisse de la Livre face au Dollar, fabriquera plus de voitures que nous l'année prochaine. La relance obtenue au japon avec la réévaluation du Yen a aussi mis fin à 20 ans de déflation, mais ils sont maîtres de leurs monnaie, eux... et que dire du yuan chinois sous évalué ? 

On nous dit que si l'Euro baisse, nos importations sont plus chères. Certes, mais que les chinois me vendent moins cher un écran plat, ce n'est pas cela qui met de la soupe dans mon assiette et crée des emplois en France. Surtout si les économies que je contribue à faire à l'échelle du pays avec mes concitoyens pendant six mois  (les 14 milliards de 2012), sont réduit à rien en trois jours par une hausse de 3% de l'Euro face au Dollar... parce que la BCE n'a pas de compte à rendre au gouvernement que j'ai démocratiquement élu. 

Et en plus on me dit que c'est moi qui coûte cher alors que mon salaire est gelé. Merci.

Troisième constat : Shengen c'est pas possible.

C'est bien beau, la liberté de circuler de l'Italie à la Finlande sans contrôle, mais c'est la porte ouverte à n'importe quel trafic, y compris le trafic d'êtres humains. Quand il y avait des frontières contrôlées par des douaniers et des policiers, l'ennemi public numéro 1 (Mesrine) "travaillait" ou réglait ses comptes avec une arme de poing, revolver ou pistolet. Maintenant, n'importe quelle petite frappe de banlieue fait un carnage à la kalashnikov. Super progrès, merci Shengen. 

Bon, c'est populiste ce que je dis (pour les bobos, les autres seront d'accord), alors je vais être plus terre à terre. Quand on contrôlait à la frontière, la fraude à la TVA était plus difficile...

Mais de quoi je parle, là ? Je vous cite d'abord l'union européenne elle-même sur son site officiel : "Les assujettis qui, dans le cadre de leurs activités commerciales, paient de la TVA dans un État membre où ils n'effectuent pas de livraisons de biens ou prestations de services sont autorisés à déduire la TVA payée dans cet État membre".

Donc grosso modo, je me fournis en Allemagne ou je ne vends pas de biens ou de services, je revends en france et je déduis par la suite la TVA Allemande, qui me sera remboursée par le trésor. Problème : qui contrôle à la frontière que j'ai bien fait parvenir d'Outre-Rhin la marchandise que j'ai inscrite sur mes (fausses) factures ? Ce qui se ferait tout simplement en ouvrant le camion ? Réponse : personne. Merci pour la fraude à la TVA (60 milliards par an selon les estimations d'un journal d'investigation, soit le montant de notre déficit, si je fais une cote mal taillée).  

Si vous ne le saviez pas et que vous avez sauté au plafond, redescendez, j'ai pas fini. "La procédure de remboursement de la TVA comporte une nouvelle caractéristique selon laquelle des intérêts sont versés aux assujettis en cas de remboursement tardif par les États membres". Oui vous avez bien lu, si on tarde à rembourser la fausse déclaration de TVA d'une entreprise fraudeuse, on va même lui verser des intérêts...  

Troisième constat : le détachement des salariés, c'est pas possible.

C'est quoi ?  Je cite :

"Les entreprises dont le siège social est établi hors de France peuvent détacher temporairement leurs salariés en France. Elles doivent alors respecter plusieurs formalités obligatoires et appliquer aux salariés ainsi détachés, certaines dispositions prévues par le Code du travail en matière, notamment, de rémunération, de durée du travail et de conditions de travail. Le détachement est par nature temporaire. Sa durée varie suivant la mission confiée au travailleur détaché. La relation salariale avec l'employeur doit être maintenue pendant la durée du détachement du salarié en France."

Remarque : si je veux évaluer la durée du détachement "temporaire" en France du salarié, encore faut-il que je sache quand il est entré sur le territoire, ce qui est difficile puisque, rappelons-le, nous ne sommes pas censés faire de contrôle à nos frontières. Nous dépendons donc du bon vouloir des étrngers à déclarer le détachement, ce qu'ils n'ont que peu d'intérêt à faire. Ensuite, pourquoi n'appliquer que certaines dispositions de notre code du travail, l'un des plus protecteurs pour les salariés ? C'est de la concurrence déloyale !

Redescendez encore du plafond, j'ai pas fini : "L'employeur établi hors de France doit exercer une activité significative dans son pays d'origine, pour pouvoir faire intervenir en France ses salariés en qualité de travailleurs détachés".

Dans la mesure où un contrôleur français ne peut pas intervenir en Pologne, Slovaquie, Roumanie ou Portugal, comment fait-on pour vérifier que l'activité principale n'a pas lieu en France ? Mystère ! 

Quatrième constat : le primat du droit européen sur le droit national, c'est pas possible. 

Concrètement, les représentations nationales n'exercent pas de contrôle sur l'Europe, mais l'inverse est vrai. 

Je cite, concernant la cour de justice européenne : "La Cour veille à l'application du droit de l'Union et à l'uniformité de son interprétation sur le territoire de l'Union. À cette fin, elle contrôle la légalité des actes des institutions de l'Union européenne et statue sur le respect, par les États membres, des obligations qui découlent des traités. Elle interprète également le droit de l'Union à la demande des juges nationaux. La Cour de justice européenne décide par un arrêt, si l'État membre a violé le droit de l'UE. Si la Cour de justice confirme cette violation, l'État membre concerné « est tenu de prendre les mesures que comporte l'exécution de l'arrêt de la Cour ». Si un État membre ne suit pas l'arrêt de la cour de justice, celle-ci peut, à la demande de la commission, demander le paiement d'une somme forfaitaire ou d'une astreinte."

Vous pouvez en déduire que si vos élus votent un texte il peut encore être remis en cause sur plainte d'un autre état de l'Union, quand bien même le texte en question serait dans l'intérêt des Français.

Et non seulement on serait obligé de le retirer, mais en plus on aurait une amende jusqu'à ce qu'on le fasse.

Cinquième constat : le libre-échange intégral et mondialisé, c'est pas possible. 

Le libre-échange intégral, c'est bien entre deux pays de richesse comparable. A partir du moment où l'Europe a fait rentrer des pays pauvres dans l'équation, le libre-échange n'était plus tenable. 

Pourquoi ? Parce que pour le prix d'un Français, on peut faire travailler quatre roumains. Cela nous entraîne vers une politique de bas salaires, qui provoquent à la fois une contraction de la demande intérieure et une baisse de rentrées fiscales pour l'Etat, qui mène une politique d'austérité, et ainsi de suite...

Maintenant, les peuples ont-ils été consultés avant l'entrée dans l'Union de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Croatie ? Non. Pour la bonne et simple raison qu'ils auraient refusé.

Est-ce que les conducteurs de camion espagnols, portugais ou italiens (bref ceux qui étaient déjà moins chers que nous) ont vu des Bulgares ou des Roumains leur prendre des marchés, donc leur travail ? Oui (et je l'affirme d'autant mieux que je suis sur le terrain pour le voir). 

Est-ce que tous ces nouveaux venus qui transitent chez nous font fonctionner nos commerces, ce qui permettrait de transférer certains des emplois qu'on perd dans le transport et l'industrie vers d'autres services ? Non, puisque leurs salaires sont trop bas...

Et en plus c'est pire en dehors de l'Europe, on se laisse imposer l'obligation de produire en Chine pour nos produits sans lui imposer la réciprocité... autant déclarer sa faillite tout de suite si on est les seuls couillons au monde à ne pas prendre de mesures de rétorsions contre ceux qui ferment leur marché à l'import et qui exportent à tour de bras, ce qui ne profite même pas à leur peuple malgré une croissance à deux chiffres... 

De quelle situation est-ce le résultat ?

En tant que citoyen européen, je vote pour un parlement qui n'a pas beaucoup de pouvoir, mais je n'ai pas les moyens de faire du lobbying à Bruxelles pour avoir une Europe plus sociale. Par contre, certains n'ont que quelques voix mais forment de puissants lobbys...

Si on ajoute à cela que la e sociale la plus modeste est peu ou pas représentée dans les instances nationales ou européennes, et que ça génère une pensée unique... on comprend que le concept de préférence douanière vers les pays comparables en terme de revenus par habitant ne soit pas mis en avant. 

Sixième constat : la ratification du traité de Lisbonne est une infamie. 

Le constat le plus simple de ce post : ce que vous avez refusé par référendum en 2005, Sarko l'a fait passer par la voix parlementaire. Et les Socialistes et les centristes étaient d'accord.

Ils commencent par nous prendre pour des cons et après ils veulent qu'on adhère à leur usine à gaz ? 

Conclusion : le drapeau tricolore, ça me faisait vibrer il y a vingt ans et ça me fera vibrer demain.

L'Europe, si elle ne se réforme pas en profondeur , je vais finir par préférer vouloir en sortir, parce qu'elle a été facteur de paix dans le passé, mais qu'à force de ne pas tenir compte des intérêts de chaque nation, elle devient un facteur de conflit dont j'espère qu'il ne sera pas armé. 

Posté par peebee à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mai 2013

Lauréat, or not lauréat ? That is the question !

Aujourd'hui, je me suis rendu à Rungis pour passer le concours de Secrétaire Administratif et de Contrôle du développement Durable de classe supérieure, SACDD classe sup pour les intimes...

Alors là, attention, faites chauffer les neurones, c'est là qu'il va falloir suivre : 

C'est un concours pour faire le métier... que je fais déjà !

Seule l'administration française, devant nos regards ébahis, peut nous pondre des choses pareilles !

J'explique : quand j'ai été recruté comme Contrôleur des Transports Terrestres, CTT pour les initiés, le recrutement se faisait au niveau BAC.

En 2007-2008, à peine arrivé, le petit Nicolas a dit : je vais créer pour les fonctionnaires la prime fonction-résultat (une part liée à la technicité de la fonction, l'autre au résultats obtenus), alias PFR, ainsi qu'un nouvel espace statutaire, alias NES, pour que tous aient la même grille de salaire.

Jusque là, pas forcément une mauvaise chose, même si je vois mal comment cela peut s'appliquer à un professeur, une infirmière ou un gendarme. Mais admettons, puisque dans un cas au moins à ma connaissance, une personne s'est remise à travailler sérieusement pouréviter que la part résultat de sa prime ne baisse. 

Dans le NES, je suis toujours Contrôleur des Transports Terrestres, sauf qu'avant c'était à la fois mon grade et ma fonction, alors que maintenant, ce n'est que ma fonction.

Vous suivez toujours ? L'administration française dans sa splendeur, j'vous dis !

En effet, dans le NES, mon corps, les CTT donc, pas ma modeste carcasse, a été fondu dans le corps des SA, les secrétaires administratifs, en Compagnie des CAM, les Contrôleurs des Affaires Maritimes, mais uniquement les CAM de la filière administrative, ceux de la filière contrôle étant restés CAM.

Vous le dites, hein, si c'est confus. Sachez que ça ne l'est pas pour ceux qui me dirigent, là-bas dans l'Arche de la Défense.  

Le résultat de cette fusion administrative a donné le corps des Secrétaires Administratifs et de Contrôle du Développement Durable, comportant trois niveaux de grade : classe normale (recrutement niveau BAC) , classe supérieure (recrutement niveau BAC+2), classe exceptionnelle.

C'est là qu'intervient la PFR : si je suis payé sur la même grille indiciaire qu'un autre SACDD (en clair mon salaire de base), j'ai dans ma prime une part fonction (de CTT, donc) plus importante parce que je fais un métier plus technique que quelqu'un qui compte les crayons aux moyens généraux.

Jusque là, pas de souci, j'ai la faiblesse de croire que je le mérite (et toc !), et les collègues de mon équipe qui sont des personnes de valeur aussi (toc aussi !). 

Sauf que cette technicité reconnue (enfin, après des années de combat syndical) de mon métier induit que mes prochains collègues seront recrutés au niveau BAC+2, et seront directement intégrés au deuxième niveau de grade, la classe supérieure, alors que nous autres, qui sommes déjà là, avons été recrutés au niveau BAC et restons au premier niveau de grade, la classe normale.

Donc je suis CTT depuis bientôt sept ans, ce qui n'est pas ridicule comme expérience, et si je suis lauréat du concours interne de SACDD de classe supérieure, je deviendrai... CTT.

Avec, ça va de soi, l'obligation d'aller combler un poste vacant quelque part, ce qui rendra le poste que j'occupe aujourd'hui.. vacant.  

Sans trop y gagner financièrement au début, puisque je ne gagnerai qu'une vingtaine d'euros de salaire de base et que je peux perdre mes avantages liés à la région parisienne.

Avec l'obligation également de retourner en formation initiale pour apprendre un métier que je pratique tous les jours, et connais déjà bien, ce qui par ailleurs va coûter bonbon aux contribuables que vous êtes, vu que vous allez financer mon déménagement ainsi que mes trajets, mon hébergement et mes repas pendant un an. 

Autant vous dire que tout cela ne m'enchante pas, et que si je n'avais pas la perspective fort désagréable de devoir former un jeune petit con stagiaire qui me sera supérieur en grade et qui, dès qu'il sera titulaire, me donnera des leçons, ils auraient été se faire foutre voir chez les grecs, avec leur concours. 

Tout ça pourquoi ? Parce que je soupçonne fortement quelqu'un au ministère d'avoir été atteint d'une flemme incurable au moment de rédiger un décret et un arrêté spécifiques pour la promotion des contrôleurs déjà en place. 

Cerise sur le gâteau, je passe un concours pour ontenir un grade qu'avec l'ancien système, j'aurais pu obtenir par une promotion au choix dans un délai raisonnable, puisque que je suis proposable à partir de cette année.

Autant vous dire qu'une promotion au choix ça vous aurait coûté moins cher, chers concitoyens et cocontribuables. 

Si vous n'avez pas tout compris, c'est pas grave, moi non plus. Les voies du Ministère de L'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie (je vous demande pardon pour mon inexactitude s'ils ont encore changé de nom pendant que j'écris ces lignes), comme celles du seigneur, sont impénétrables... 

 

 

Posté par peebee à 20:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 avril 2013

Y'a pas à dire, le niveau baisse...

Dans l'histoire, certaines phrases ont fait le buzz, comme on dit aujourd'hui.

On a retenu, de l'antiquité à nos jours :

- les "veni vidi vici" et "alea jacta est" de Jules César ;

- le "Paris vaut bien une messe" du bon roi Henri ;

- plus près de nous le "je vous promets de la sueur, des larmes et du sang" de Sir Winston ;

- les inénarrables "je vous ai compris" et "vive le Québec libre" du grand Charles. 

Ces phrases là, y'a pas à dire, leurs auteurs avaient le sens de la formule et de l'à-propos, en un mot la classe. Ou alors ils avaient de bons historiographes !

Et quelle est la personne qui fait le buzz aujourd'hui ?

Nabilla et son "Allô ? Non mais allô quoi ! T'es une fille et t'as pas de champoing ? ".

Quand même, le niveau baisse...

Posté par peebee à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2013

Jours de neige...

Ce qui est bien, c'est que l'histoire est un éternel recommencement.

Après avoir survécu aux deux dernières journées, je redécouvre que les gens, à commencer par les pouvoirs publics, oublient tous les ans que pendant l'hiver... il fait froid, il neige et il verglace !

Mardi matin, la neige était prévue, nous avons eu au sud de l'Ile de france des averses de neige, mais rien de dramatique. Le salage avait été fait et ça n'a pas tenu. Les retards ont été grands mais tant bien que mal quelques trains sont passés.

Aujourd'hui, la neige était tout aussi prévue qu'hier, mais pour une raison inconnue, ce fut le chaos.

Première chose avant de partir, regarder quel moyen de transport j'allais utiliser pour aller bosser. 

Tentative de connection sur le site de transilien SNCF, et là, c'est le drame. On nous disait bien que le trafic était perturbé, mais impossible de savoir quel train allait circuler.

Qu'à cela ne tienne, je regarde dehors, vois un millimètre de poudreuse, pas de quoi m'arrêter donc, et me décide à recourir à ma fidèle monture. Les routes départementales n'étaient pas dégagées, mais la trace était déjà faite par ceux qui m'avaient précédé, et en faisant attention au plaques de verglas, j'ai pu arriver sans encombre jusqu'à l'autoroute, non sans m'être fait dépasser par un taré roulant à toute berzingue (super longtemps que je ne l'ai pas placée, celle-là) sur des zébras, seul endroit où la couche de neige était plus épaisse. M'enfin y'a pas eu mort d'homme, même s'il eu suffit qu'il se mette en travers pour que le carambolage soit beau.

Une fois parvenu à l'autoroute, quelle ne fut pas ma surprise de voir que l'autoroute n'était pas dégagée non plus. Ajoutez que certains, y compris des poids-lourds, voulaient changer de file ou dépasser à tout prix et vous comprendrez pourquoi il y a eu des cartons ce matin !

En résumé, c'était le chaos ce matin, mais les torts sont partagés : les gens n'ont pas été raisonnables au volant mais le service public n'a pas fonctionné non plus, rien n'a été fait pour qu'on puisse aller au travail alors que Météo-France avait fait son job et déclenché l'alerte.

Vivement demain pour de nouvelles aventures ! 

Posté par peebee à 21:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Du passé faisons table rase...

A vrai dire, si je ne tenais plus ce blog, c'est que ce que l'on pouvait trouver ici ne me plaisait plus trop.

Tout les doutes, les angoisses, les interrogations d'alors ne me correspondent plus trop aujourd'hui.

J'ai donc tout effacé.

Est-ce un nouveau départ pour ce blog ?

Je ne sais, mais disons qu'il y a des chances.

 

Posté par peebee à 21:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]