Le Site de Saille

14 mai 2013

Lauréat, or not lauréat ? That is the question !

Aujourd'hui, je me suis rendu à Rungis pour passer le concours de Secrétaire Administratif et de Contrôle du développement Durable de classe supérieure, SACDD classe sup pour les intimes...

Alors là, attention, faites chauffer les neurones, c'est là qu'il va falloir suivre : 

C'est un concours pour faire le métier... que je fais déjà !

Seule l'administration française, devant nos regards ébahis, peut nous pondre des choses pareilles !

J'explique : quand j'ai été recruté comme Contrôleur des Transports Terrestres, CTT pour les initiés, le recrutement se faisait au niveau BAC.

En 2007-2008, à peine arrivé, le petit Nicolas a dit : je vais créer pour les fonctionnaires la prime fonction-résultat (une part liée à la technicité de la fonction, l'autre au résultats obtenus), alias PFR, ainsi qu'un nouvel espace statutaire, alias NES, pour que tous aient la même grille de salaire.

Jusque là, pas forcément une mauvaise chose, même si je vois mal comment cela peut s'appliquer à un professeur, une infirmière ou un gendarme. Mais admettons, puisque dans un cas au moins à ma connaissance, une personne s'est remise à travailler sérieusement pouréviter que la part résultat de sa prime ne baisse. 

Dans le NES, je suis toujours Contrôleur des Transports Terrestres, sauf qu'avant c'était à la fois mon grade et ma fonction, alors que maintenant, ce n'est que ma fonction.

Vous suivez toujours ? L'administration française dans sa splendeur, j'vous dis !

En effet, dans le NES, mon corps, les CTT donc, pas ma modeste carcasse, a été fondu dans le corps des SA, les secrétaires administratifs, en Compagnie des CAM, les Contrôleurs des Affaires Maritimes, mais uniquement les CAM de la filière administrative, ceux de la filière contrôle étant restés CAM.

Vous le dites, hein, si c'est confus. Sachez que ça ne l'est pas pour ceux qui me dirigent, là-bas dans l'Arche de la Défense.  

Le résultat de cette fusion administrative a donné le corps des Secrétaires Administratifs et de Contrôle du Développement Durable, comportant trois niveaux de grade : classe normale (recrutement niveau BAC) , classe supérieure (recrutement niveau BAC+2), classe exceptionnelle.

C'est là qu'intervient la PFR : si je suis payé sur la même grille indiciaire qu'un autre SACDD (en clair mon salaire de base), j'ai dans ma prime une part fonction (de CTT, donc) plus importante parce que je fais un métier plus technique que quelqu'un qui compte les crayons aux moyens généraux.

Jusque là, pas de souci, j'ai la faiblesse de croire que je le mérite (et toc !), et les collègues de mon équipe qui sont des personnes de valeur aussi (toc aussi !). 

Sauf que cette technicité reconnue (enfin, après des années de combat syndical) de mon métier induit que mes prochains collègues seront recrutés au niveau BAC+2, et seront directement intégrés au deuxième niveau de grade, la classe supérieure, alors que nous autres, qui sommes déjà là, avons été recrutés au niveau BAC et restons au premier niveau de grade, la classe normale.

Donc je suis CTT depuis bientôt sept ans, ce qui n'est pas ridicule comme expérience, et si je suis lauréat du concours interne de SACDD de classe supérieure, je deviendrai... CTT.

Avec, ça va de soi, l'obligation d'aller combler un poste vacant quelque part, ce qui rendra le poste que j'occupe aujourd'hui.. vacant.  

Sans trop y gagner financièrement au début, puisque je ne gagnerai qu'une vingtaine d'euros de salaire de base et que je peux perdre mes avantages liés à la région parisienne.

Avec l'obligation également de retourner en formation initiale pour apprendre un métier que je pratique tous les jours, et connais déjà bien, ce qui par ailleurs va coûter bonbon aux contribuables que vous êtes, vu que vous allez financer mon déménagement ainsi que mes trajets, mon hébergement et mes repas pendant un an. 

Autant vous dire que tout cela ne m'enchante pas, et que si je n'avais pas la perspective fort désagréable de devoir former un jeune petit con stagiaire qui me sera supérieur en grade et qui, dès qu'il sera titulaire, me donnera des leçons, ils auraient été se faire foutre voir chez les grecs, avec leur concours. 

Tout ça pourquoi ? Parce que je soupçonne fortement quelqu'un au ministère d'avoir été atteint d'une flemme incurable au moment de rédiger un décret et un arrêté spécifiques pour la promotion des contrôleurs déjà en place. 

Cerise sur le gâteau, je passe un concours pour ontenir un grade qu'avec l'ancien système, j'aurais pu obtenir par une promotion au choix dans un délai raisonnable, puisque que je suis proposable à partir de cette année.

Autant vous dire qu'une promotion au choix ça vous aurait coûté moins cher, chers concitoyens et cocontribuables. 

Si vous n'avez pas tout compris, c'est pas grave, moi non plus. Les voies du Ministère de L'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie (je vous demande pardon pour mon inexactitude s'ils ont encore changé de nom pendant que j'écris ces lignes), comme celles du seigneur, sont impénétrables... 

 

 

Posté par peebee à 20:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 avril 2013

Y'a pas à dire, le niveau baisse...

Dans l'histoire, certaines phrases ont fait le buzz, comme on dit aujourd'hui.

On a retenu, de l'antiquité à nos jours :

- les "veni vidi vici" et "alea jacta est" de Jules César ;

- le "Paris vaut bien une messe" du bon roi Henri ;

- plus près de nous le "je vous promets de la sueur, des larmes et du sang" de Sir Winston ;

- les inénarrables "je vous ai compris" et "vive le Québec libre" du grand Charles. 

Ces phrases là, y'a pas à dire, leurs auteurs avaient le sens de la formule et de l'à-propos, en un mot la classe. Ou alors ils avaient de bons historiographes !

Et quelle est la personne qui fait le buzz aujourd'hui ?

Nabilla et son "Allô ? Non mais allô quoi ! T'es une fille et t'as pas de champoing ? ".

Quand même, le niveau baisse...

Posté par peebee à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2013

Jours de neige...

Ce qui est bien, c'est que l'histoire est un éternel recommencement.

Après avoir survécu aux deux dernières journées, je redécouvre que les gens, à commencer par les pouvoirs publics, oublient tous les ans que pendant l'hiver... il fait froid, il neige et il verglace !

Mardi matin, la neige était prévue, nous avons eu au sud de l'Ile de france des averses de neige, mais rien de dramatique. Le salage avait été fait et ça n'a pas tenu. Les retards ont été grands mais tant bien que mal quelques trains sont passés.

Aujourd'hui, la neige était tout aussi prévue qu'hier, mais pour une raison inconnue, ce fut le chaos.

Première chose avant de partir, regarder quel moyen de transport j'allais utiliser pour aller bosser. 

Tentative de connection sur le site de transilien SNCF, et là, c'est le drame. On nous disait bien que le trafic était perturbé, mais impossible de savoir quel train allait circuler.

Qu'à cela ne tienne, je regarde dehors, vois un millimètre de poudreuse, pas de quoi m'arrêter donc, et me décide à recourir à ma fidèle monture. Les routes départementales n'étaient pas dégagées, mais la trace était déjà faite par ceux qui m'avaient précédé, et en faisant attention au plaques de verglas, j'ai pu arriver sans encombre jusqu'à l'autoroute, non sans m'être fait dépasser par un taré roulant à toute berzingue (super longtemps que je ne l'ai pas placée, celle-là) sur des zébras, seul endroit où la couche de neige était plus épaisse. M'enfin y'a pas eu mort d'homme, même s'il eu suffit qu'il se mette en travers pour que le carambolage soit beau.

Une fois parvenu à l'autoroute, quelle ne fut pas ma surprise de voir que l'autoroute n'était pas dégagée non plus. Ajoutez que certains, y compris des poids-lourds, voulaient changer de file ou dépasser à tout prix et vous comprendrez pourquoi il y a eu des cartons ce matin !

En résumé, c'était le chaos ce matin, mais les torts sont partagés : les gens n'ont pas été raisonnables au volant mais le service public n'a pas fonctionné non plus, rien n'a été fait pour qu'on puisse aller au travail alors que Météo-France avait fait son job et déclenché l'alerte.

Vivement demain pour de nouvelles aventures ! 

Posté par peebee à 21:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Du passé faisons table rase...

A vrai dire, si je ne tenais plus ce blog, c'est que ce que l'on pouvait trouver ici ne me plaisait plus trop.

Tout les doutes, les angoisses, les interrogations d'alors ne me correspondent plus trop aujourd'hui.

J'ai donc tout effacé.

Est-ce un nouveau départ pour ce blog ?

Je ne sais, mais disons qu'il y a des chances.

 

Posté par peebee à 21:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]