Paris sera toujours une ville merveilleuse dans le sens où à chaque fois que je m'y rends, je reviens toujours avec une ou deux anecdotes à raconter.

La journée ayant été faste, vous en aurez plusieurs pour le prix d'une, et comme c'est gratos ça ne vous coûtera pas cher. 

Il y a quelques années où, après une sortie à montmartre, allant prendre le métro du retour, j'avais vu une fille astiquer le manche d'un gars, tous les deux assis sur un banc public, et deux minutes plus tard un autre gars en train de poser sa pêche dans l'escalier de la station de métro. Déjà à l'époque, c'était du lourd... 

M'étant rendu à paris aujourd'hui pour une réunion, j'ai encore plein de choses à raconter !

Premier à entrer en scène, le gars qui parlait tout seul. Et bien, hein, il était en train de se traconter une histoire, il faisait toutes les voix des personnages, on aurait dit un gamin qui joue aux playmobils, mais sans playmobils. Donc, soit il répète pour son audition au cours Florent, soit il n'est pas tout seul dans sa tête. 

Mais ça, dans les trains qui vont à Paris, c'est le quotidien, les gars échappés d'on ne sait quel asile. 

Deuxième à arriver, et large vainqueur du jour dans la bizarrerie, le gars qui essayait de forcer la porte de la rame de métro pour pouvoir en sortir... car il ne savait pas comment actionner la poignée pour l'ouvrir ?!

Alors ça c'est inédit, je prends le métro à chaque fois que je viens à Paris, donc régulièrement depuis 1991, et c'est la première fois que je fais une bonne action en ouvrant la porte d'un wagon de métro à quelqu'un qui ne sait pas comment en sortir. 

La première fois que j'ai pris le métro seul, j'ai pourtant naturellement su comment faire ?!

Enfin, derniers arrivés mais pas les moins bons, mes trois pickpockets présumés, qui ont plaisanté avec moi quand ils ont vu que je les avais repérés et que je protégeais mes affaires. L'un deux m'a demandé si je parlais l'arabe ou l'espagnol, je lui ai répondu qu'il pouvait tenter sa chance en Français, Anglais et Allemand mais que pour les autres langues ce serait dur. 

Après avoir mis plein de choses dans ses chaussures pendant le trajet entre Place d'Italie et Chevaleret, il m'a même souhaité bonsoir en partant. Beau joueur, en quelque sorte, cet homme. Et chanceux aussi parce que je l'aurais pris sur le fait il en prenait une...